Yoland CAZENOVE (1914-2009)

portrait cazenove2

 

VIDEO SUR YOLAND CAZENOVE: http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafME5x.html 

AUTRE VIDÉO SUR DAILY MOTION: http://www.dailymotion.com/video/x3ogzz_yoland-cazenove-ceramiste_creation

Recopiez les adresses sur votre barre de navigateur, pour une raison indeterminée je n'arrive pas à les y incorporer directement sur le site. Merci.

 

Le plus grand. Par sa sagesse, par son humilité, par sa gentillesse.


cazenove1

Yoland Cazenove n'est plus. Alors me direz-vous que fait-il là ?

cazenove catalogue

Yoland je l'ai connu VIVANT ! Yoland je l'ai exposé en 1994.

cazenove bol 2

Il y a eu la vie avant CAZENOVE et il y a la vie après. Et rien ne sera plus comme avant.

 

En plus j'ai eu la chance et le privilège de les connaître tous les 2 réunis : Yoland et Gabrielle son épouse.

  cazenove vase bleu sèvresbouteille bol cazenove sèvres

Comprendre l'un sans avoir connu sa muse ? Rien n'aurait existé si Gabrielle n'avait pas été à ses cotés. Elle l'encourageait, elle le protégeait, secrètement elle l'adorait. cazenove711

Ils étaient issus tous deux du monde paysan où l'on ne montre pas facilement ses sentiments. Par contre ils partageaient un égal humour et amour de la vie.

cazenove.mad

Yoland CAZENOVE c'est bien LA preuve qu'il faut partager la VIE de nos artistes. Que l'aventure vaut mille fois la peine d'ètre vécue !

 

MERCI YOLAND !

 

cazenove716-2

 

 

A la vue de ces quelques images, de ces oeuvres qui paraissent si humbles, si pauvres,  Néophyte tu dois te dire que je galège ? Détrompe-toi ! Je l'ai maintes fois écris dans ce blog, nous le savons tous, à force de travail et d'opiniatreté Yoland à découvert la pierre philosophale de la Terre, la dimension absolue ! LA LÉGERETÉ !

 

Ce fils de la Terre, ce modeste Paysan de Buzet sur Baïze a atteint l'accord parfait !

 

Alors, pour nous comprendre nous les privilégiés qui l'avons cotoyé, il va falloir que tu partes en quête d'une de ses oeuvres. Et quand tu l'auras enfin saisie entre tes doigts tu auras compris que derrière les apparences d'une argile grasse et lourde il y a une dimension EXTRAORDINAIRE !

 

Deuxième point et non des moindres, Yoland CAZENOVE est le seul potier que je connaîsse à avoir maîtrisé tout son process, de l'extraction de sa terre dans des carrières d'argile abandonnée à son traitement qui est long et fastidieux ainsi que la production de tous ses émaux à partir d'éléments naturels. Lors de mon passage il broyait des coquilles d'huitres pour en extraire les éléments minéraux qu'elles contenaient.

Chez lui point de seaux aux marques de nos grands fabricans d'émaux raffinés mais des dizaines de bouteilles de Volvic pleines de matières étranges accumulées, lavées, broyées, tamisées, une somme d'efforts inimaginables pour un résultat hors du commun qui force l'admiration !

 

Vous voulez faire de la céramique ? Sachez qu'un homme sage et humble vous a devancé dans l'excellence !

 

Eloge de Monsieur Jean-Pierre SUEUR, Sénateur-Maire d'Orléans.

 

12 juillet 2009

Yoland CAZENOVE : un immense artiste

C’est avec une grande émotion que j’ai appris le décès de Yoland Cazenove, cet immense artiste d’une infinie modestie qui façonnait ses chefs d’œuvre de céramique dans les lueurs de son four à bois de l’ancienne gare de Dry.

Yoland Cazenove était né dans le Lot et Garonne en 1914. Il avait appris la peinture à l’école des Beaux Arts de Toulouse, avait découvert Goya et Rembrandt et était devenu amoureux de l’art tout en exerçant le métier de cultivateur qu’il avait hérité de ses parents.

Après son mariage avec Gabrielle, institutrice du Loiret, il s’installe aux Choux et – fortement influencé par l’œuvre de Picasso – il se concentre désormais sur l’art de la céramique et construit son premier four dans la cour de l‘école publique de la commune. Puis, quand Gabrielle est mutée à Dry, il s’installe dans l’ancienne gare de cette commune où il construit un nouveau four, suivi de plusieurs autres.

C’est là que Yoland accomplit, des décennies durant, jusqu’à ces derniers jours, une œuvre considérable.

Sa culture est prodigieuse. Il trouve son inspiration dans tous les continents : en Italie, en Espagne, en Chine, au Japon, chez les précolombiens, en Océanie – jusqu’à cette technique du « raku » qui lui était si chère et qu’il magnifia au plus haut degré.

Yoland cuisait au bois. A 1200 ou 1300 degrés, parfois davantage. Il refusa toujours toute autre technique. Il cherchait inlassablement les terres, les sables de Loire, les roches, les cendres, le kaolin, les écorces, les feuillages, les teintes qui étaient la matière première et vivante dont il faisait son œuvre.

Il était en harmonie avec les forces et les beautés de la nature. Il y avait en lui une ferveur tellurique.

Il nous reste de très nombreuses pièces – plus de 1000 – qui constituent une œuvre impressionnante que nous n’avons pas fini de redécouvrir et d’admirer.

J’ajoute que Yoland était un humaniste. Je n’oublierai jamais son soutien de toujours, son amitié, sa bienveillance, son amour des êtres humains dont beaucoup pourront témoigner.

Il vécut dans la pauvreté, la simplicité et l’austérité. Ces vertus étaient sans doute le « terreau » qui lui permettait de se concentrer sur la grande lumière de sa création qui restitue et révèle les formes, les couleurs, les rutilements et les magies de l’univers.                                                                           

  cazenove vase bleu sèvres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :